Uriel Barthélémi composition, batterie, ordinateur, synthétiseurs

Sophie Bernado  composition, basson, voix

Salomon Baneck-Asaro danse et chorégraphie

Link Berthomieux  danse et chorégraphie

Angelica Mesiti regard extérieur

Jennifer Minard costumes et regard scénographique

Fred Raby conception lumière / régie son et lumière en tournée 

Stéphanie Auberville regard chorégraphique 

 

Passage production  production, diffusion, communication 

Co-productions Césaré- Centre national de création musicale,

Le Manège, scène nationale - Reims,  Le Générateur, 

Steirischerherbst festival (Graz, Autriche)
Soutiens financiers Drac IdF commission pluridisciplinaire,

Conseil Départemental du Val-de-Marne

Résidences de création Césaré et Le Manège

NAVIGUER SUR LES RUINES DE L'ANCIEN MONDE

Performance musicale et chorégraphique sur une proposition d'Uriel Barthélémi

Pour ce projet, le batteur & électro-acousticien Uriel Barthélémi s’associe à la bassoniste et vocaliste Sophie Bernado.

Tous deux rompus à l’exercice de l’alliance instruments et électronique, ils vont mettre en discussions leurs instruments respectifs, batterie et basson, pour créer une pièce offrant un mariage de timbres rare.

La mise en discussion de ces deux instruments promet l’apparition de textures et de dynamiques musicales denses et puissantes, rarement exécutées et permet d’envisager une pièce aux rythmiques à la fois implacables et d’une grande finesse.

Les matières électroniques glaciales alliées à la chaleur du basson produisent une synergie fragmentée par des délais numériques extrêmement précis, laissant apparaitre des gaps dans lesquels viennent se glisser des éclaircies de perceptions.

Les deux musiciens et les deux danseurs, virtuoses du breakdance, Salomon Baneck-Asaro et Link Berthomieux, évoluent chacun dans leur espace. Les danseurs créent leurs mondes indépendamment de l’autre et les musiciens développent également des discours musicaux apparemment séparés les uns des autres, à la croisée des mondes de la danse contemporaine et du hip-hop.

Les jeux de lumières font exister de manière successive et très rapide les différents interprètes. Les liens se créent progressivement, de manière non attendues, apparaissant à l’insu des spectateurs sur des coïncidences rythmiques ou de mouvement, les lignes de chacun se croisant de plus en plus.

A l’identique de notre époque où beaucoup des liens sociaux ne se font plus qu’à travers l’électronique, il est développé ici un imaginaire où les individus sont coupés les uns des autres et dans lequel ils devront réapprendre à se lier.

Leur manière de retisser ces liens se fera d’une manière détournée, par le mouvement et le son et non par la parole, se réappropriant les gestes de leurs ancêtres venus d’un temps où la civilisation numérique n’avait pas encore spolié les mots et les idées en les vidant de leur sens.

Dans une sorte de quête de leurs racines, renouant avec une forme d’énergie première, les interprètes explorent différents héritages, ceux volés et brisés par des siècles de colonisations imposés par une civilisation autant créatrice que destructrice, les héritages d’un fonctionnement de mondes qui n’existent plus, en ruines…

Les spectateurs sont autant invités à s’asseoir sur les gradins que sur le plateau sur lequel  est dessiné une mappemonde, ainsi le public peut s'installer à l’intérieur des « continents », et les artistes évoluent  au milieu et eautour d'eux, sur les « océans ».


>> DOSSIER DE PRESENTATION

Télécharger
Naviguer sur les ruines de l'ancien mond
Document Adobe Acrobat 1.1 MB


Production, organisation, diffusion de spectacles vivants

François NOUEL

Tél : 01 48 84 75 79 - 06 74 45 38 64 

site réalisé par @t Point Com